Paul Merwart
(1855-1902)

 

Paul Merwart
Paul Merwart
Une plaque dans la forêt de Fontainebleau, située non loin de la caverne d'Angas honore le souvenir de ce peintre franco-polonais qui vint souvent peindre dans notre région.

Ce fut durant ses années d'études à l'École des Beaux-Arts de Paris, après la guerre de 1870, qu'il tomba amoureux de la forêt.

Ce talentueux artiste excella dans tous les genres. Portraitiste habile, il fut un "romantique pompier" qui aimait magnifier le corps féminin, peignant avec gourmandise de sensuelles bacchantes, des vénus callypiges, des tribades langoureuses que les amateurs se disputaient.

Reve de jour
Le Rêve de jour
Touche à tout, Merwart peignait aussi volontiers sur le motif, n'hésitant pas à poser son chevalet dans une salle de dissection ou à voyager à l'autre bout du monde pour croquer paysages et beautés exotiques. Grâce à son frère, Émile Merwart, administrateur des Colonies, Paul devint le peintre officiel du Ministère des Colonies, puis celui de la Marine.

Il mourut d'ailleurs de sa passion, saisissant de trop près la magie tragique de l'éruption de la montagne Pelée à la Martinique.

Flux
Paul Merwart : Flux
Il avait acquis une maison rue Charles-Comte dans le quartier des Provenaux entre Fontainebleau et Avon, dont une rue porte son nom.

Pour la petite histoire de notre région, je signalerai le joli portrait d'Hélène Loeb enfant que Paul Merwart peignit, bien avant qu'elle ne devînt Madame Victor Lyon (1883-1946) et ne s'illustrât aux côtés de son époux dans le mécénat, les œuvres de bienfaisance et la collection d'art. Ils passaient volontiers leurs vacances à Fontainebleau ou à Marlotte où ils gardaient de solides attaches familiales. Une place de la ville d'Avon porte aujourd'hui le nom d'Hélène et Victor Lyon.

Hélène Loeb
Mademoiselle Hélène Loeb


Haut
        Accueil          Nature         Index